-A +A

Couverture des services offerts en pratique autonome

L’Ordre demeure engagé

Par |

Ce texte fait le point sur la couverture par les compagnies d’assurances collectives des frais de consultation des travailleurs sociaux et des thérapeutes conjugaux et familiaux.

Couverture d’assurances des services offerts aux clients en pratique autonome

Bonne nouvelle! Le programme d’assurances de la Croix-Bleue couvre désormais les services offerts aux Anciens Combattants du Canada par les travailleurs sociaux et les thérapeutes conjugaux et familiaux en pratique autonome (qu’ils soient psychothérapeutes ou non). Nous profitons de cette annonce pour faire le point sur la couverture des honoraires de consultation des travailleurs sociaux et des thérapeutes conjugaux et familiaux par les compagnies d’assurances.
L’Ordre demeure engagé et vigilant

La couverture offerte par les assurances collectives : une question importante et complexe
L’Ordre est très sensible aux enjeux liés à la couverture des services par les compagnies d’assurances, aux iniquités que celle-ci engendre entre les professionnels et à l’accessibilité aux services pour les clientèles qu’ils desservent. Toutefois, notre pouvoir d’intervention est restreint. Pour mieux comprendre ces limites, il faut identifier les différents intervenants dans le dossier et le rôle de chacun.

Tout d’abord, les programmes collectifs sont régis d'une part par les grandes compagnies d'assurances elles-mêmes et d'autre part, par les conventions collectives ou les ententes locales (par l’entremise des employeurs ou syndicats). Ainsi, il peut arriver qu'une grande compagnie accepte de couvrir les services des travailleurs sociaux et des thérapeutes conjugaux et familiaux en pratique autonome, sans pour autant que les employés concernés d’une entreprise locale aient voté en faveur de cette couverture (dans le but de réduire leur prime d’assurances). Dans ce cas, les services offerts par un T.S. ou un T.C.F. ne seraient pas couverts pour ces employés.

Psychothérapie
Les compagnies d’assurances canadiennes établissent elles-mêmes les critères pour la couverture des honoraires professionnels. Ainsi, à titre d’exemple, si une grande compagnie d'assurance canadienne reconnaît uniquement les psychologues pour les services de psychothérapie, l’Ordre n’a aucun droit de regard sur ces critères. Par conséquent, si les employés d'une entreprise locale exigeaient d'avoir accès à des services de psychothérapie dispensés par un T.S. ou un T.C.F., ils devraient demander à l'employeur ou au syndicat de revoir la liste des professionnels qui sont couverts. Si c’était impossible d’inclure les T.S. et les T.C.F., ils devraient alors demander un changement de compagnie d’assurances.

À la suite de l’exonération pour les psychothérapeutes
Lorsque l'exonération des taxes pour les professionnels portant le titre de psychothérapeute entrera en vigueur, il est à souhaiter que les grandes compagnies canadiennes deviennent plus ouvertes à reconnaître les travailleurs sociaux et les thérapeutes conjugaux et familiaux qui sont psychothérapeutes dans leurs programmes.

Selon cette condition, il deviendrait alors possible pour un employeur local d'ajouter tous les professionnels portant le titre de psychothérapeute dans son plan d'assurances collectives, ce qui rendrait leurs services plus accessibles.

Partager